PRÉSENTATION (AJVC)

Une histoire, Un parcours – Actions et un Avenir  1999  -  2020

Historique :

L’Association Jeunesse Verte du Cameroun (AJVC) a vu le jour grâce à la conviction d’une jeune camerounaise dynamique depuis les clubs durant son parcours scolaire et académique. C’est ainsi qu’une première initiative a conduit à la mise en place du réseau national des jeunes qui avait pour but commun de lancer le message de la jeunesse à l’issu du premier forum national des jeunes sur l’environnement organisé en Décembre 1999. La Participation active de Mme TAMOIFO NKOM Marie à ces évènements l’a conduit à la création de l’AJVC en 1999 qui a été légalisée le 17 Aout 2000 par le Préfet du Mfoundi à Yaoundé-Cameroun. Elle travaille sur toutes les thématiques de protection de l’environnement (changement climatique, énergie renouvelable, biodiversité, assainissement, gestion durable des forêts, etc.) et pour la promotion de la jeunesse.

Principales missions : Accroître la participation et l’implication effective de la jeunesse et du genre dans les divers changements qui s’opèrent au niveau local, national et international. L’AJVC vise à promouvoir les talents, les idées et les initiatives de jeunes tout en suscitant en eux le sens de la pro activité, de la créativité, de la responsabilité, de la liberté et de l’engagement pour un développement durable.

Structuration : L’AJVC regroupe des jeunes leaders, membres des organisations du Réseau REJEFAC, volontaires, étudiants, élèves, chômeurs et diplômés et non diplômés et aussi les jeunes filles, peuples autochtones et locaux des 10 régions du Cameroun. Le bureau exécutif de l’AJVC est constitué d’une Présidente (directrice exécutive), d’une Vice-Présidente (Chargé des partenariats, projets et programmes), d’un Responsable financier, et d'un grand personnel d'Appui constitué des chargés de la communication, de la logistique, du PODC, du REJEFAC, des volontaires, ...et du staff des projets et programmes qu'elle soutient et administre.

L’AJVC assure et abrite la Coordination Sous régionale du Réseau des Jeunes pour la gestion durable des Ecosystèmes Forestiers d’Afrique Centrale (REJEFAC), qui est un réseau membre de la Conférence des Ecosystèmes Forestiers Denses et Humides d’Afrique Centrale (CEFDHAC) et de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC). La GIZ en est un partenaire clé.  Le REJEFAC est représenté par des antennes nationales dans les 10 pays de l’espace COMIFAC constitué des organisations et jeunes leaders membres.

L’AJVC/REJEFAC est également membre de plusieurs réseaux et plateformes tels que le ROJALNU, l’AFAP, AJVI, le PIRJEF, ENO, etc.

Stratégie d’intervention : Elle est basée sur le plaidoyer, le renforcement des capacité et l'information et l’approche solutions basée sur la réalisation des projets et programmes. Des actions de fundraising et de communication sont menées afin de mobiliser et lever les fonds nécessaires pour leur réalisation. Nous nouons des contacts et partenariats et pour renforcer notre présence sur le terrain, nous effectuons des descentes de terrain. 

Pour les activités de notre Programme d’Organisation et de Développement des communautés (PODC), la Méthodologie Psycho-Socio-Culturelle (MPSC) est celle qui a été principalement appliquée. Elle recommande une implication et une participation effective des bénéficiaires d’un projet dès la phase initiative de ce projet. Nous menons des actions de plaidoyer afin d’influencer positivement les politiques, les stratégies et les projets en faveurs des jeunes et de la protection de l’environnement.

Difficultés : Ordre financier, technique, matériel, logistique, institutionnel car, nous souffrons particulièrement d’une insuffisance financière qui ne nous permet pas de réaliser 20% de nos projets. Problème de gouvernance dans certaines administrations, etc.

Perspectives : Elle est relative à nos projets surs : énergie solaire, forêt communautaire, gestion des conflits autours des aires protégés, lutte contre le braconnage, reboisement, restauration des bas-fonds, etc.

Pistes de partenariats à déployer avec : administrations publiques, mairies et collectivités décentralisées, bailleurs de fonds, ONG, les agences internationales, leaders et personnalités nationales et internationales ayant à cœur la protection de l’environnement, secteur privé, Fondation, etc.