Participation AJVC 2017: LA COY 13

Participation AJVC 2017: LA COY 13

Post by:

pics marie 171 000LA COY 2017

Elle a débuté le 02 Novembre 2017 et a rassemblé les organisations de jeunesses et  d’encadrement de la jeunesse venues de tous les horizons du monde. Très dynamique, plusieurs  actions ont meublé cette rencontre des jeunes. Des conférences –débats ont été organisés par  plusieurs participants selon leurs axes d’intervention et la problématique abordé. Sur le plan technique, l’équipe d’organisation a recueilli au préalable, les contributions qui devaient faire 
l’objet des présentations pendant la conférence. A ce sujet, plusieurs contributions ont été retenues parmi lesquelles la contribution de l’AJVC et celle du PODC portant sur le partage de  l’expérience pilote de la caravane climatique et énergie solaire au Cameroun. D’où notre double implication en tant qu’intervenant et participant.
IMG 20171112 155337Notre implication a la COY 13 en tant que participant
L’information et l’apprentissage au sein du REJEFAC étant une tradition qui lui est cher, nous avons nourri notre participation à la COY en participant aux ateliers des autres acteurs et jeunes leaders venus des quatre continents et menant des actions en faveur de la protection de l’environnement dans le monde. Ainsi le premier atelier auquel nous avons participé a été animé par une organisation de jeunes du Japon. L’objectif de cet atelier visait le renforcement des capacités des jeunes sur l’histoire de la COP et son évolution. Pour faciliter la compréhension, ce renforcement s’est fait sur la base d’un jeu qui a consisté a marqué toutes les étapes ayant conduit aux différentes COP. Par la suite, il a été question pour les participants d’identifier chacune des étapes et de les classer de manière chronologique. Ce travail s’est fait de manière très dynamique, car il y avait beaucoup de discussions sur le choix d’une étape par exemple. A la suite de cet exercice, l’équipe de facilitateur a corrigé les confusions des participants, puis a continué avec les explications des enjeux de chacune des COP. Dans cette explication, l’emphase a aussi été mise sur les parties prenantes à la convention des nations unies sur les changements climatiques, puis sur l’accord de Paris. Concernant les parties prenantes, les intervenants ont fait observé que si aujourd’hui il est évident de parler d’une COP des jeunes, preuve que les jeunes devenus un acteur clé dans la convention, il faut préciser que c’est une avancée car avant la COP17, ni les jeunes, ni les femmes, ni les autochtones n’en faisaient pas par parti. Ce n’est qu’à la COP 17 que ces catégories sont entrées comme les « Constituencies » de la convention, et donc, on peut facilement voir le lien entre les droits humains et les développements durable/changements climatiques. Egalement, ils ont fait remarquer que, ces groupes sont donc des observateurs aux négociations de l’UNFCC et n’ont pas de droit de votes, mais peuvent faire du lobby auprès des décideurs. Pour ce qui est de l’accord de paris, puisque c’est la base actuelle des négociations sur les changements climatiques, les intervenants ont fait un récapitulatif des grandes périodes et étapes qui ont conduit à la signature de l’accord afin de simplifier la compréhension par les jeunes de cette histoire. 
Le second atelier ou nous avons participé a été celui organisé pour la restitution de la COY locale. il s’agit de celle d’Abomey animée par Madame Nisreen . De manière globale, elle est revenue sur l’importance d’avoir une COY locale mieux coordonnée avec une participation et présence plus accrue des jeunes africains. Etant donné que la COY locale est un espace où les avis des jeunes africains au sujet des changements climatiques sont recueillis et pris en compte pour être transmis à la COY globale, qui a son tour les transmettras au secrétariat de l’UNFCC. Aussi, elle est aussi revenue sur les difficultés de financements d’une telle rencontre surtout en Afrique et la participation limitée des jeunes de ces pays. Difficultés qui ont été partagées par l’ensemble des participants et qui dans leurs interventions ont pu faire 
des propositions concrètes pouvant pallier à ce problème. L’une des propositions pertinente faite a été de dire qu’il faut renforcer la communication autour de la COY locale afin qu’elle soit connue par bon nombre d’organisations de jeunesse et d’appui à la jeunesse mais plus par les partenaires des COP organisées. Ce qui pourrait stimuler leur participation à travers les réseaux sociaux et les canaux modernes de la communication. Aussi, séance tenante, une fiche de contacts a été ouverte pour recueillir les adresses. Celle-ci devrait être complétée au fur et à mesure pour avoir une bonne base de données des organisations de jeunesse travaillant sur cette problématique. Pour capitaliser notre participation à cette session, nous avons partagé l’expérience de la COP Chez Nous qui a été organisé au Cameroun en octobre 2017 par AJVC. Aussi, nous avons remis l’ensemble des documents produits à la suite de l’atelier COP Chez nous à la facilitatrice de la COY Locale afin que ceux-ci soient transmis au secrétariat de la COY13 au même titre que l’ensemble des documents attendus de la jeunesse pour le compte de la lutte contre les changements 
climatiques.
Le troisième atelier qui a connu notre participation a été animé par une organisation malienne. Leur présentation a consisté à partager leur expérience sur la gestion des déchets qui est une grande problématique au Mali. Au cours de leur exposé, il a été question de montrer la progression qu’a eue la mauvaise gestion des déchets. Ce qui a occasionné une montagne de déchets au bord du fleuve qui ravitaille la quasi-totalité du pays. Les conséquences de cette question d’assainissement étant visible sur les conditions de santé des populations, l’organisation s’est engagée dans la lutte en initiant l’action de recyclage de certains de ces déchets. Etant donné que cette action est moindre par rapport au problème, il a été question pour les intervenants à cette session de faire appel aux autres organisations pour un appui et d’autres réponses adéquates à cette problématique. Tel est ainsi présenté la synthèse des sessions et ateliers ayant connu notre implication en tant que participant à la COY 13. 
 
Notre implication a la COY 13 en tant qu’intervenant. Etre impliqué à la COY 13 en tant qu’intervenant a été possible grâce à la sélection de notre candidature ; car nous avons pu démontré lors du processus de sélection que notre organisation porte en son sein des projets innovants et surtout des activités qui fédèrent la jeunesse du bassin du Congo intéressé par la lutte contre le réchauffement climatique. Fort de cela, deux sessions de présentation nous a été accordé dans l’agenda officiel de la COY 13 . Sessions au cours desquelles nous avons présenté les deux initiatives phares portées par l’AJVC et le REJEFAC. Il s’agit respectivement de l’initiative appelé caravane climatique et énergie ayant en ligne de mire l’électrification des ménages, les écoles et centres de santé des villages enclavées du Cameroun grâce à l’énergie solaire et la caravane climatique et la COP chez Nous ayant en ligne de mire le renforcement de la compréhension par jeunesse les enjeux de la COP avec les ambassadeurs climat et l’éducation environnementale. 
IMG 20171103 WA0075
Les projections des documentaires produits pour chacune de ces deux initiatives ont permis aux participants de vivre et de mieux comprendre les actions faites. Aussi à la suite des projections, des explications ont suivi. Il a été observé un grand engouement de la part des participants qui non seulement ont posé des questions mais surtout ont recommandé de réfléchir dans quelle mesure l’initiative peut prendre une ampleur continentale dont africaine puisque si cela est possible au niveau de l’Afrique centrale, cela peut se faire avec des pays n’ayant pas de bassin forestier mais qui sont victimes de la désertification et ont besoin d’être boisés ou reboisés. De plus, toujours dans le sillage du partage de notre expérience, étant donné qu’il était difficile de ramener tous les participants à nos sessions, nous avons aussi profité des écrans géants postés à l’entrée de l’événement pour projeter les documentaires ; ce qui a une fois de plus susciter l’intérêt des participants car on pouvait les voir s’agglutiner autour des écrans . Donc comme valeur ajoutée de notre participation, nous avons pu à travers le partage de nos expériences montrer que les actions de la jeunesse dans le combat pour le développement durable et le changement climatique commencent avec les actions de sensibilisation mais que les jeunes disposent des compétences qui valorisées peuvent les conduire aux actions concrètes d’envergure susceptible de sauver le climat. Aussi, faire passer les recommandations, l’appel de la jeunesse, les notes de positions et le draft de la Stratégie régionale qui sont des documents issus des ateliers préparatoires à la COP 23 (La COP chez Nous, l’atelier régional, la Caravane climatique) organisés par l’AJVC et le REJEFAC, a été d’une importance capitale. Enfin un certificat de participation en tant que contributeur ou intervenant nous a été remis comme une reconnaissance positive des travaux qui ont été effectués. Voilà ainsi présenté la quintessence de 3 jours de participation aux travaux de la COY 13 marquant l’engagement de la jeunesse du Cameroun et du bassin du Congo. 

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.